Oct 06

Toute bonne chose a une fin

Proverbe québécois

Chers amis, collègues, connaissances et autres cousins du facteur,

C’est un instant assez particulier pour moi car j’écris-là ce qui sera certainement mon dernier article pour les royaumes d’Eredrim. En effet, une page se tourne pour moi car après plus de 6 ans, je vous annonce officiellement que je démissionne de mon poste d’administrateur principal des royaumes d’Eredrim ainsi que de celui de président de l’association Eredrim. Cette démission prendra effet le lundi 4 novembre prochain.

Avec moi et dans un élan collectif, les deux autres membres du staff démissionnent eux aussi de leurs fonctions, laissant place à un grand vide dont vous pourrez décider de l’avenir.

 

Les raisons du départ

Je ne vais pas vous mentir, il était prévu depuis quelques mois que j’arrête Eredrim d’ici le mois de février. L’année 2019 ayant été un vide complet en terme de fréquentation, j’ai commencé à sérieusement songer de tout arrêter. S’ajoute à cela la fatigue, notamment due à mon emploi du temps professionnel, mais aussi une certaine lassitude qui au bout de 6 ans commençait à montrer le bout de son nez. Bref, nous commencions à en avoir marre de voir que tout notre investissement ne portait pas ses fruits et de fil en aiguille, nous nous sommes aperçus que nous faisions des choses qui ne servaient à personne.

Pour ma part, les récents problèmes de performances importants rencontrés par le serveur et leur insolvabilité malgré des heures passées à optimiser les moindres réglages, m’ont finalement poussé à regarder l’évidence en face. Le serveur ne pouvant être en 1.15 avant 2020 et notre hébergeur ne pouvant nous apporter des solutions plus concrètes en matière de performance, pourquoi devrions-nous continuer si les joueurs sont absents et le jeu injouable ?

C’est donc-là la raison de cette décision si rapide. Une prise de conscience, tardive penseront certains, mais inévitable.

 

Ce qui n’a pas marché

Bien que j’en ai déjà discuté avec plusieurs d’entre vous, je souhaiterai revenir sur les causes de la désertion du serveur ces derniers mois. J’ai entendu beaucoup de vos remarques et de vos avis sur le sujets, certains m’ont paru très pertinents, d’autres non. Je vais donc vous exposer ici ma vision des choses, sans aucune prétention de véracité ni d’exactitude.

Quand j’ai lancé Eredrim (les royaumes d’Erea) en 2013, je l’ai fait simplement parce que j’en avais envie. J’étais seul, j’avais des idées et quelques maigres compétences techniques. A l’époque, j’ai ouvert ce serveur car je cherchais un mode de jeu très libre : un semi-RP survie, qu’on a tendance aujourd’hui à appeler « survie améliorée ». L’idée était d’apporter une dynamique dans laquelle les joueurs sont moteur du serveur et force de proposition.

A l’époque, les joueurs étaient très curieux, ce qui nous a permis de recruter nos premiers membres sans rien de plus que le référencement naturel sur internet. Et cela a été le cas pendant assez longtemps, puisqu’en 2016 573 personnes se sont inscrites sur le site, soit notre plus gros pic d’inscriptions.

Aujourd’hui et avec le recul, je me rends compte qu’il serait carrément impossible d’ouvrir un serveur comme en 2013. Les joueurs veulent déjà une communauté présente et sont frileux à l’idée d’aller sur un serveur peu actif. C’est pourquoi les « petits » serveurs, qui fonctionnent bien actuellement, ont été créés par des groupes d’amis qui en montant leur structure ensemble ont réussi à attirer une communauté. Finalement, cela est assez représentatif de nos modes de consommation actuels : regarderiez-vous une série Netflix sans connaître sa note ou une quelconque critique ? Iriez-vous dans un restaurant qui n’a aucune note ni avis sur Internet ? Parfois la popularité ou la fréquentation d’une activité oriente bien plus nos choix que nous le pensons.

Outre son attractivité, Eredrim n’a jamais réellement su fidéliser ses joueurs et c’est là, je pense, sa plus grande faiblesse. En optant pour le freebuild/survie comme mode de jeu principal, notre serveur s’est vite retrouvé confronté à l’ennui des joueurs. Minecraft étant un jeu de type « bac à sable », les seules limites théoriques en sont l’imagination. Et c’est sur ce point que la communauté du jeu a le plus changé à mon sens.

Alors que je n’étais encore qu’un simple joueur, c’est réellement cette créativité qui me plaisait. Participer à des projets communs, avec d’autres joueurs, dont les seules limites étaient notre temps et notre inspiration. C’est d’ailleurs sur ce type de projet que j’ai rencontré Benr08 il y a bien longtemps.

Cette créativité a été le moteur et le carburant des royaumes d’Eredrim à leurs débuts. Leur serveur étant vierge, les premiers joueurs ont vite bouillonné d’idées et d’ambitions. Des villes sont apparues, et les personnes les plus créatives ont été recrutées au sein du staff, composé alors à l’époque d’Oruss7 et de moi-même. Mais le temps a fait son œuvre et la façon de consommer les jeux vidéos a profondément changé en six ans. Le bac à sable autrefois à la mode est devenu has been et les joueurs ont préféré de nouvelles formes de gameplay, soit plus courtes (parties multijoueurs de plusieurs dizaines de minutes), soit plus linéaires (avec des succès ou plus simplement un début et une fin).

A cela, on peut ajouter un effet très instagram/twitch ces dernières années qui a beaucoup influencé les jeux multijoueurs. Montrer ses compétences personnelles est devenu plus important que participer à un projet collectif. On utilise les réseaux pour s’inspirer des meilleurs et on cherche à les battre.

Bien qu’à titre personnel, je n’ai rien contre cet aspect très compétitif du jeu vidéo, il faut admettre que Minecraft n’y a tout simplement pas sa place et qu’aujourd’hui il est difficile de convaincre des gens de rester jouer avec une simple invitation à participer à une ville.

S’ajoute à cela le fait que la communauté Minecraft elle-même se divise. Les conférences Minecon sont la démonstration que Mojang se retrouve avec une communauté coupée en deux : les geeks de la java edition qui souhaitent de la stabilité et de nouvelles possibilités techniques, et les plus jeunes utilisant la bedrock edition à qui sont destinés les ajouts fun.

Malgré les apparences et même si je donne l’impression de blâmer les joueurs pour esquiver toute critique, je pense que le serveur a pleinement sa part de responsabilité dans son propre échec. Tout d’abord car en 6 ans, nous n’avons pas changé grand chose. Nous avons été un peu comme ce secrétariat de mairie qui est encore sous Windows 98 car « Ça marche bien ».

Ma nostalgie, mes convictions personnelles et des raisons techniques m’ont incité à conserver des moyens de communication dépréciés par les nouveaux joueurs tels que le forum ou le serveur teamspeak, nous accordant une image vieillissante auprès d’un public en quête de modernité. Nous n’avons même pas pris le temps de changer le visuel du site, pourtant désuet, au cours de ces six dernières années. Sur ce point, même votre banque a fait mieux ! Et bien évidemment, nous nous étions fixés de nombreuses limites dans nos choix qui, en plus des points précédents, ont inévitablement freiné notre développement.

Par ailleurs, nous nous sommes rendus compte avec l’expérience que nous communiquions très mal. En interne d’abord, puisqu’il aura fallu attendre 2018 pour organiser un réel sondage de vos attentes, mais aussi en externe car notre visibilité n’est jamais allée beaucoup plus loin que les top sites de serveurs Minecraft.

 

Néanmoins, malgré ces lacunes et ces difficultés de recrutement, je suis très fier de cette communauté. Bien que petite, elle a réussi à regrouper des joueurs partageant les mêmes valeurs et le même plaisir de jouer. Et ça c’est unique !

 

L’avenir du serveur

Avant d’attaquer la partie des grands aurevoirs, il me faut vous parler de l’avenir du serveur. Comme vous l’avez lu plus haut, les royaumes d’Eredrim ne ferment pas, ou du moins peut-être pas. Le staff actuel démissionne et le serveur étant régi sous le statut d’association loi 1901, il est envisageable que plusieurs personnes reprennent cette activité.

En effet, une nouvelle équipe associative composée d’un président et d’un vice président peut être constituée. Celle-ci récupérera tous les actifs de l’association tels que :

  • Le serveur de jeu complet
  • Le site web, forum, panel de modération, boutique, scripts
  • L’administration du serveur discord
  • L’argent de l’association
  • La location en cours des hébergements numériques ainsi que le nom de domaine eredrim.fr

Si vous êtes intéressés, merci de me contacter par message privé sur le forum ou par mail avec les noms des participants au projet et une description succincte de ce que vous souhaitez faire du serveur. Nos démissions prenant effet au début du mois prochain, vous avez donc jusqu’au dimanche 27 octobre pour poser votre candidature. Les membres de l’actuelle association décideront de retenir ou non l’une des propositions envoyées.

Je reste évidemment à votre disposition si vous souhaitez des informations complémentaires sur le sujet.

 

Dans le cas où l’association Eredrim ne trouverait pas de repreneur, le serveur sera tout bonnement arrêté. La carte du monde semi-RP (Heimdall) sera mise à disposition des joueurs en téléchargement afin qu’ils puissent récupérer leurs constructions. Le serveur discord restera quant à lui en ligne pour une durée indéterminée.

L’argent de l’association ira quant à lui à une association ou à un organisme à but non lucratif.

 

Conclusion

Nous arrivons maintenant à la conclusion de ces six ans (et de plus de deux heures d’écriture d’article). Six ans pendant lesquels Eredrim a fait partie de ma vie, presque même de mon quotidien. A raison de plusieurs heures par semaine, mes ministres, comme j’aime les appeler, et moi-même se sommes déchirés pour essayer de vous en offrir toujours plus. Que ce soit à un niveau purement technique ou plus récréatif, Eredrim a été pour moi une source d’inspiration, un incubateur d’idées exceptionnel et surtout un lieu de vie et de rencontres.

J’ai passé des moments inoubliables avec des gens qui le sont tout autant. Des moments de rires avec chacun d’entre vous, allant de blagues sur des panneaux à de véritables fous rires de plusieurs minutes sur teamspeak. Je me souviendrais toujours de cette communauté soudée et présente, qui en 2015-2016 venait en nombre participer aux évènements de Noël, aux chasses aux œufs et aux mini-jeux du dimanche.

Je tiens particulièrement à remercier les personnes qui m’ont accompagné toutes ces années. _Vulco_ qui a fait crasher le serveur durant sa première semaine d’admin. Oruss7 qui a cru qu’on était racheté par Epicube le 1er avril 2016. DrRiche7 et sa très célèbre souris qui ne marche pas. Bibo7 pour sa succulente bouteille de clairette de l’été passé.

Plus sincèrement, merci à vous pour toutes ces années à mes côtés et pour le temps, les conseils, les scripts, les mini-jeux, les gazettes, les villes, les projets, les écrits, les idées et surtout votre bonne humeur.

Et puis merci vous, joueurs, de tous horizons (sauf le Pérou) : bavards, créatifs, rageux, accros au minage, constructeurs de l’extrême, amateurs de maison en terre, joueurs de passage ou amis de longue date. Grâce à vous les royaumes d’Eredrim sont devenus le serveur de mes rêves et je vous en suis profondément reconnaissant.

Une page se tourne pour moi, c’est certain, et je mentirai si je disais que certaines choses ne vont pas me manquer. J’espère cependant garder contact avec vous au fil du temps.

Tout ce qu’il faut retenir, c’est qu’on se sera bien amusé.

 

Au revoir à tous.

fizzwidget,
futur ancien roi des royaumes d’Eredrim

Oct 06

Pour vanter un beau jour, attends sa fin

Proverbe français

Pour vanter un beau jour, attends sa fin

Chers lecteurs, derniers camarades rescapés d’Eredrim, le temps des aurevoirs a sonné.

C’est avec grande nostalgie que j’écris ce dernier article et vous présente ma démission en tant que Ministre.

Je ne vais pas revenir sur les raisons de ma démission étant donné que celles-ci sont plutôt similaires à celles de fizz et d’Oruss. J’ai eu la chance d’assister et de participer aux heures de gloire du serveur, c’est pourquoi je pense que s’efforcer à vouloir retrouver la ferveur d’antan n’est pas la bonne chose à faire et qu’il est donc préférable de s’arrêter là. Car comme l’a dit fizz, toutes les bonnes choses ont une fin.

Pour ma part, l’aventure aura été plutôt belle. J’étais loin d’imaginer, plus de 4 ans auparavant, ce que j’allais accomplir sur Eredrim : mon passage à la noblesse, le shopmesa, Sandorïs, les events avec DrRiche7, la gazette, les chasses aux trésors, les constructions dans le monde RP et l’accomplissement final avec la montée en grade en tant que Ministre. C’est, je pense, ce que je retiendrais le plus du serveur : cette possibilité d’évoluer et de participer activement à la vie de quelque chose de grand. Car oui, à mes yeux, c’était quelque chose de grand, une communauté de personnes, quelque chose qui dépassait l’individualité.

Cette sensation, j’ai eu la chance de l’éprouver grâce à fizzwidget, ainsi qu’à Oruss7, qui depuis plus de 6 ans ont porté à bout de bras ce projet fantastique. Merci à vous, merci de m’avoir accordé votre confiance, ça a énormément compté pour moi, et j’espère en avoir été le plus digne possible au fil de ces années.

En 4 ans de présence, j’ai essayé à ma manière d’offrir ce que j’avais à offrir, et j’espère grandement que vous,
les joueurs, avez apprécié jouer à mes côtés et profité grandement de mes créations.

Mon voyage s’arrête ici, je vous souhaite donc à tous une très bonne continuation.

== Adieu Eredrim ==

Oct 06

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme

Antoine Lavoisier, Traité élémentaire de chimie, 1789

 

Le samedi 07 juillet 2013, 10:40. Je m’enregistre sur un forum: les Royaumes d’Eredrim.

C’est un grand jour, c’est le début d’une longue aventure. Fier de suivre fizzwidget, fier de reprendre la suite après Erea, je donne tout mon temps pour que les joueurs se sentent bien et s’amusent comme des petits fous. (N’est-ce pas Creepaster).

Minecraft, sorti officiellement il y a 7 ans, jeu emblématique de construction cubique, arrive à un tel point que les joueurs sont lassés, rassasiés, tout comme moi. Les mises à jours chaotiques et sans grands intérêts poussent le staff à faire des heures supplémentaires, presque à chacune de celle-ci. Et les joueurs disparaissent comme peau de chagrin.

De grands projets ont été menés. Le plus important, le monde Role Play (jeu de rôle), est un échec cuisant pour moi.
Malgré l’implication de certains, nous avons vu trop grand pour le peu que nous sommes, et les joueurs n’étaient pas intéressés par ce type de jeu.

La cité des sables également, était plus un mini jeu « événement » pour faire revenir les joueurs et souder la communauté.
Ce fût un échec …

En revanche, les mini-jeux du monde event vous ont rassemblés presque tous les dimanches. Et ça fait plaisir ! Grâce à l’imagination débordante du staff, et de joueurs comme bapub (sans B majuscule), nous avons passé des heures à nous amuser.

Enfin bref, tout ça pour vous annoncer:

Après plus de 6 ans de bons et loyaux services, il est temps pour moi de vous quitter.
J’annonce ma démission, et mon retrait définitif des Royaumes d’Eredrim.

Votre (ancien) Ministre,
Oruss7

Sep 10

[Delerorn] Lucius et le repaire secret

Grand habitué des paradis artificiels, je dois dire que j’ai rarement connu un réveil aussi difficile que celui-ci. En effet, la douleur grandissait à mesure que je reprenais connaissance, et c’était comme si elle m’avait attendu tout au long de mon sommeil pour apparaître au moment opportun, telle une lionne tapie dans les broussailles et prête à bondir férocement sur sa proie.

La vision encore trouble, j’essayais, en vain, d’identifier ce qui m’entourait mais la pénombre dominait l’espace alentour. Malgré tout, une faible lueur parvenait à traverser mes pupilles et me poussait à me demander si l’heure de mon jugement dernier venait d’arriver. Cette pensée se renforça alors avec l’arrivée d’un homme à la barbe blanche accompagné par un léger bruit de clés, avant de s’effacer complètement à la vue d’un cache-œil noir à l’œil droit.

On a pas beaucoup de temps alors écoute-moi bien.

Sans dire un mot, j’écoutais attentivement les paroles de cet inconnu sans vraiment savoir si je devais m’en méfier ou non. Après s’être présenté et m’avoir raconté ce qu’il m’était arrivé quelques heures auparavant, j’acceptai presque sans hésitation la mission que voulait me confier Lucius, mon sauveur bien-aimé.

Très bien. Par où dois-je commencer ?

Après un léger temps d’adaptation, ma douleur, tant émotionnelle que physique, fut presque entièrement chassée par une forme d’excitation surprenante. J’allais, au péril de ma vie, enquêter pour le roi, servir ainsi mon royaume avec honneur et, qui sait, tuer deux ou trois pirates en passant. Ah si Bill m’avait vu…

Je suivais donc à la lettre le chemin que m’avait indiqué Lucius et c’est ainsi qu’après quelques minutes d’effort, je me retrouvais à la surface, au milieu d’un champ, prêt à embrasser ma liberté. Seulement voilà, cette liberté j’allais devoir la mériter, et c’est donc sur ces pensées que je bus ma potion d’invisibilité et commençai à enquêter.

L’île grouillait d’avant-postes et les pirates faisaient des gardes régulières, me freinant considérablement dans ma quête. Le souffle court, je ne pouvais me hâter car le bois des planches qui se trouvaient sous mes pieds craquait au moindre mouvement. Je m’invitais tel un voleur dans les bicoques et fouillais les moindres recoins dans l’espoir de trouver quelque chose qui aurait pu intéresser Lucius, des cartes, des papiers officiels, n’importe quoi…

Une fois la chasse aux indices terminée, je me dépêchai – sans me faire repérer évidemment – de rejoindre Lucius, comme convenu, sur la rive. A mon arrivée, il paraissait perplexe ; il était content bien sûr, ou du moins plutôt soulagé que je fusse parvenu à satisfaire sa requête, mais je sentais que quelque chose le tracassait. Une fois les indices en mains, Lucius baissa la tête et commença à marmonner dans sa barbe…

BANNNGGGG !!!

Épée à la main, je venais de parer de justesse son coup qui aurait pu m’être fatal si je n’avais pas volé une épée en bois dans la maisonnette du forgeron. Malheureusement surpris d’avoir raté son coup, Lucius essayai de justifier sa sournoiserie tout en continuant de m’attaquer furtivement. Mais après quelques minutes de combat acharné, je parvins enfin à le déstabiliser et à planter mon arme droit dans ses cotes, mettant fin à ses jours.

Bien qu’il avait voulu m’assassiner, Lucius était aussi la personne à m’avoir libéré, c’est pourquoi je n’étais pas si fier de ce qui venait d’arriver, trop de sang avait déjà été versé… Mais à peine avais-je le temps de reprendre mes esprits qu’un pirate nommé Hawkins m’aborda, m’obligeant à ressortir mon épée pour un deuxième combat.
Fort heureusement, celui-ci m’expliqua qu’il ne me voulait aucun mal, mieux encore, il voulait m’aider…

Ils vont essayer de faire tomber le roi.
Si tu veux avoir une chance de les empêcher, rejoins-moi à Phrébor

C’est ainsi que mon aventure pris un autre tournant, une fois de plus. Je montais dans une embarcation en direction d’une ville inexplorée, dans le but de sauver le roi, et ce, sous les conseils d’un pirate lassé des fantaisies malveillantes de son capitaine. Vous l’aurez compris, mes péripéties ne faisaient que commencer…

Août 27

[Delerorn] L’attaque pirate

Non mais c’est bon ça me saoules, tu triches tout le temps…

Ça, c’est Bill, mon voisin de hamacs. Et là, il vient encore de se faire avoir par mon tour de passe-passe  😀

Ahahaha, mais ce n’est pas de la triche, c’est à toi d’être attentif. Bon allez vas-y, je vais te dévoiler le truc. En gros, quand tu passes la pièce derrière, tu…

PIIIRAA…DES PIIIRAATTESS ! PIRAATES EN VUUEE !

Je pense que vous vous en doutez, ce qui suivit ne fut guère très glorieux, pas pour nous du moins…

Tous réunis sur le pont – moi, Bill, mes autres camarades matelots ainsi qu’un élément souvent présent lors de ce genre de situations, j’ai cité la panique – plus ou moins prêts à obéir aux ordres du capitaine, lui aussi paniqué. La peur grandissait dans nos yeux à mesure que le navire ennemi se rapprochait de plus en plus vite dans notre direction. Rapidement, le capitaine ordonna à l’un des matelots de hisser le pavillon blanc mais c’était peine perdue. De toute évidence, les pirates n’allaient pas nous épargner et ça, le capitaine le savait parfaitement.

Tandis que la plupart de l’équipage s’attardait naïvement à la prière, j’optais de mon côté pour une méthode un peu moins spirituelle mais qui, selon moi, avait plus de chances de fonctionner : la cachette. Certes mon honneur en prenait un coup, mais à quoi bon être digne quand on est mort ?! M’étant résolu à survivre, je profitais donc des quelques minutes restantes avant l’abordage pour m’octroyer une chance de survie. Mon dévolu se jeta alors sur un tonneau – non, je ne m’appelle pas M. Original – au fond de la cale, qui, avec un peu de chance,
n’attirerait la curiosité de personne.

Assis inconfortablement dans le tonneau, j’imaginais, par les cris de désespoir de mes camarades matelots qui résonnaient jusque dans mes oreilles, la boucherie orchestrée par les pirates sur le pont du bateau. Mes pensées allaient vers eux, mes compagnons de mer, arrachés à leurs femmes et à leurs enfants, mais tout particulièrement vers Bill pour qui j’éprouvais une certaine sympathie. C’est alors que je fus pris d’une sensation étrange insoutenable. Ce n’était pas la peur, non, c’était de la honte.

NOOONNN !!

Moi-même surpris par l’intensité de ce cri, qui résonnait à la fois dans ma tête et dans le tonneau, je décidai alors d’un geste brusque de sortir de celui-ci et de faire face, comme mes camarades, à mon agresseur. Couteau à la main, je remontai avec un courage inexpliqué les marches de l’escalier reliant la cale à l’entrepont.

Arrivé sur l’entrepont, je compris que ce que je m’apprêtais à faire – bien qu’à cet instant précis je n’avais pas la moindre idée de ce que je comptais faire – était de la pure folie. En effet, tous les scénarios qui traversaient mon esprit à ce moment-là ne me réservaient guère un futur certain. Malgré tout, il m’était impossible de faire machine arrière et c’est donc avec une détermination imprudente que j’ouvris à la volée la trappe menant au pont.

Comme je l’avais imaginé, un massacre d’une barbarie sans nom s’était déroulé sur le navire et ma personne se trouvait ainsi au milieu de tous ces corps inanimés, entourés de pirates prêts à me transpercer au moindre mouvement. Tout acte chevaleresque me paraissait alors impossible à mesure que mes yeux se remplissaient d’un flou de plus en plus sombre ; il faut dire que la vue du sang ne m’a rarement été supportable par le passé,
mais pour le coup, on venait de m’assommer…

Articles plus anciens «